Mastiquer c'est la santé

Avant de vous inquiéter des calories et des aliments que vous ingurgitez, avant de culpabiliser pour le moindre morceau de chocolat dégusté, n’oubliez jamais la première règle d’une bonne alimentation : la MASTICATION.

Hé oui, vous pouvez modifier de fond en comble votre alimentation et consommez bio, local, de saison, en grande partie végétal (surtout des fruits et légumes), tous ces efforts ne serviront pas à grand chose si vous n’utilisez pas vos dents et si vous ne prenez pas le temps de mâcher votre aliment avant de l’avaler.

Impact de la mastication sur la digestion enzymatique

Pour rappel, après la bouche, voici le trajet suivi par les aliments au cours de la digestion qui dure normalement environ 24 heures (malheureusement, souvent bien plus !). C’est l’ensemble du tube digestif, qui mesure environ 7 mètres :

Les organes principaux de la digestion
Le tube digestif : oesophage, estomac, intestin grêle, gros intestin, rectum, anus

La mastication a pour première fonction de broyer, couper, déchiqueter, pulvériser les aliments pour augmenter la surface de recouvrement des enzymes digestives par la suite. Cette fonction est notamment très importante pour casser la membrane de cellulose des végétaux, qu’aucune enzyme humaine ne permet de réduire, mais très appréciée de notre flore intestinale.

Les enzymes digestives sont des substances diverses, présentes tout au long de la digestion (bouche, estomac, intestin) et qui permettent de réduire chimiquement l’aliment en nutriments nécessaires à notre organisme (acides gras, glucose, acides aminés, vitamines, minéraux,…). Ces enzymes fonctionnent par des réactions chimiques, elles ont donc besoin d’être en contact avec l’aliment pour réagir avec lui et permettre sa digestion. La mastication permet d’augmenter la surface de contact de l’aliment avec les sucs digestifs (contenant les enzymes) et donc d’augmenter la surface de réaction.

L'effet de la mastication sur le fonctionnement des enzymes digestives
L’effet de la mastication sur le fonctionnement des enzymes digestives : sur le morceau de gauche (peu mastiqué), la surface de réaction enzymatique est insuffisante, une partie de l’aliment sera donc non digérée et fermentera dans le tube digestif

Vous comprenez donc maintenant pourquoi la mastication est importante : elle permet de mettre en contact l’aliment avec les sucs digestifs pour permettre sa digestion.

En effet, votre estomac et vos intestins ne possèdent pas de dents, et comme pour tout travail à la chaîne, si le premier ne fait pas son travail, les autres ne peuvent pas suivre !

Travail à la chaîne
Charlie Chaplin

Les parties non-mastiquées ne seront donc pas digérées, et donc pas assimilées (quel gâchis !) mais en plus, elles resteront dans le tube digestif et fermenteront, provoquant alors des gaz, ballonnements, fermentations et putréfactions (en favorisant certaines bactéries de votre flore à se développer de manière excessive). Ils pourront également agresser les parois du tube digestif et provoquer des inflammations, des douleurs, des diarrhées ou de la constipation (ou l’alternance des deux, très typique d’une inflammation intestinale).

Homer Simpson rote : est-on sûrs qu'il mastique bien ?
Eructations de Homer Simpson : est-on sûrs qu’il mastique bien ?

La salive, votre première alliée de la digestion

Brassés par la langue comme dans une mini-machine à laver, les aliments sont imprégnés de salive (sécrétée par les glandes salivaires).

La salive permet de :

  • dissoudre les molécules de l’aliment pour qu’elles puissent entrer en contact avec les papilles gustatives
  • nettoyer la bouche, par son renouvellement continu
  • neutraliser l’acidité des aliments pour protéger les dents
  • commencer la digestion des glucides (surtout des amidons) par une enzyme appelée amylase
  • lubrifier la nourriture pour pouvoir l’avaler facilement
  • détruire certains germes et bactéries qui ont pu s’introduire dans la bouche.
Si vous gobez, vous ne dégèrerez pas
Si vous gobez, vous ne digérerez pas

Imaginez donc que vous gobez votre aliment, celui-ci n’aura donc pas pu être en contact suffisant avec la salive…

  • Vous n’aurez donc pas pu en profiter entièrement, car il aura peu été en contact avec vos papilles gustatives.
  • Leur acidité n’aura pas pu être bien neutralisée par la salive
  • Les glucides n’auront pas bénéficié de cette première étape de digestion (féculents, sucres, légumes et fruits,…). Comme ils ne sont pas digérés dans le milieu acide de l’estomac, ils attendront 4 heures avant de pouvoir entamer leur digestion. Pendant ce temps-là, vous pouvez déjà vous attendre à quelques ballonnements, éructations, sensation de lourdeur dans l’estomac après le repas,…
  • Vous solliciterez d’avantage votre système immunitaire pour le reste de la digestion, car les bactéries et germes contenus dans l’aliment n’auront pas pu être neutralisés.
Alors, toujours partant pour ne pas mastiquer ?
Alors, toujours partant pour ne pas mastiquer ?

Le goût et les informations nerveuses

Vous ne le savez peut-être pas, mais votre bouche est un véritable centre d’analyse et de contrôle !

La bouche, un centre d'analyses et de contrôle
La bouche, un centre d’analyses et de contrôle

En effet, la langue contient un certain nombre de papilles et de cellules dont le rôle est notamment de sentir les différents goûts (sucré, salé, acide, amer, umami), mais son rôle ne s’arrête pas là ! En fait, lorsque vous mastiquez, il existe tout un processus complexe d’analyse de votre bol alimentaire en quantité et en qualité (gras, sucres, protéines, sels minéraux, vitamines, enzymes). Cette analyse est envoyée au cerveau qui peut alors commander aux organes digestifs de préparer leurs sucs digestifs en fonction (estomac, intestin, mais aussi foie et pancréas dont le rôle est de produire ces substances également). Ce processus implique également la notion de satiété : les personnes qui mastiquent sont plus vite rassasiées, car leur cerveau eu le temps d’évaluer la richesse du bol alimentaire.

Sans mastication, vous risquez donc d’emmener vos aliments dans des organes qui ne sont pas prêts à les recevoir et à les digérer ! Dites alors bonjour aux fermentations, aux mauvaises assimilations, mais aussi à la fatigue post-postprandiale (après le repas), au « coup de mou », aux aigreurs d’estomac, à la sensation de lourdeur,…

Concrètement, quelques règles simples pour mastiquer au quotidien

Mastiquer c'est facile !
Mastiquer c’est facile !

Mastiquer, c’est facile, c’est un geste que nous sommes programmés à faire. Néanmoins, le poids de la société moderne a fait de nous des « serial gobeurs ». Pour se sortir de l’engrenage, quelques règles simples :

  1. Entraînez-vous plusieurs fois pour vous habituer : il faudrait normalement mâcher 30 fois un aliment avant de l’avaler. Sans vous dire de compter à chaque bouchée de votre vie, faites-le plusieurs fois pour vous permettre de vous rendre compte de ce que cela représente. N’hésitez-pas à observer vos réactions : « on sent bien plus de goûts différents », « on apprend à apprécier la texture de l’aliment », autant de nouvelles choses à découvrir par la mastication !
  2. Tout aliment avalé doit avoir une texture de bouillie ! Si on se force avec cette règle au début, elle devient petit à petit un automatisme.
  3. Prendre le temps de manger. Pour les personnes qui n’ont pas de temps pour manger : si vous mastiquez, il est clair que le repas durera plus longtemps. Mais si vous ne mastiquez pas, il est inutile voire contre-productif de manger, puisque ces aliments ne seront pas assimilés ! Il vaut donc mieux manger moins mais mieux mastiquer que l’inverse. Egalement, posez-vous la question de l’importance du repas (pause) et de la digestion pour vous, votre bien-être et votre santé. Négliger sa pause midi pour être plus productif au travail, c’est rarement efficace… Prenez du temps pour vous !
  4. En cas de remarque désobligeante de vos collègues, amis ou de votre famille sur le temps que vous prenez à manger, restez confiants et expliquez-leur les bienfaits de la mastication. Non, ce n’est pas vous qui vous avez un problème de temps, c’est bien ceux qui gobent et mangent en 10 minutes qui devraient ralentir, et non l’inverse ! Vous pouvez toujours leur envoyer le lien vers le présent article pour leur expliquer et les aider 😉
  5. Attention, quand vous avez en face de vous un smoothie, une compote ou un yaourt, ou tout autre aliment mixé ou réduit en bouillie, n’hésitez-pas à conserver dans votre bouche et à mastiquer plusieurs fois chaque bouchée. Si l’aliment est déjà mixé, il reste tout de même important de l’imprégner de salive et de permettre au cerveau d’analyser son contenu.

Avec tout ça, si vous n’avez pas déjà pris la résolution de mastiquer, n’oubliez pas que la mastication permet de renforcer les gencives, muscler la mâchoire et maintenir les dents en bon état. Alors si vous voulez conserver un joli sourire, en plus de mieux gérer votre appétit, mastiquez !

En fait, mastiquer, c’est une vraie habitude d’hygiène de vie, sans compter le plaisir décuplé par ces stimulations nerveuses. Seul ou à plusieurs, c’est donc prendre le temps de découvrir, déguster et profiter pleinement de votre repas !

Manger la carotte !
Mastiquez !
Aimer c'est partager !

Un commentaire sur “Mastiquez pour bien digérer

Laisser un commentaire