Bannière 728x90
Attention ce ne sont que des conseils réalisés pour vous informer. Vérifier quand même auprès d'un professionnel.

Comment choisir l'assurance-vie

Simplement en apparence, l'assurance-vie est en fait un investissement très sophistiqué qui peut parfois être source de confusion. Le choix de ce produit distribué par plusieurs intermédiaires n'est pas facile.

L'assurance vie peut être un investissement de père qui peut rapporter plus qu'un livret classique si votre épargne est placée dans le fonds en euros sans risque pour le capital investi. Par contre, nous sommes parfois exposés à des risques en choisissant des comptes dans un contrat. Certes, si les marchés marqués sont bien ciblés, la performance peut être plus dynamique. Avant tout, nous devons peser nos choix en fonction de nos objectifs et des risques acceptables. Les critères pour choisir un bon contrat.

1. Assumez une police d'assurance-vie qui répond à vos objectifs

Prenez le temps de bien comprendre le contrat proposé et sélectionné. Les assureurs sont tenus de soumettre un tableau résumant les termes du contrat figurant au recto du contrat d'assurance présenté au public. Lisez-le attentivement.

Avec un contrat d'assurance vie unique en euros, vous ne courez aucun risque en ce qui concerne le capital, la performance acquise est définitive. On peut convertir un accord mono-support en multi-support depuis le changement de "Fourgous-Dassault". Il suffit de faire la demande à l'assureur.

Avec un contrat multi-actifs, il peut diversifier ses investissements en investissant dans des fonds en euros et dans divers supports. La performance est liée aux variations du marché.

2. Pensez aux frais

Ils affectent la rentabilité de vos contrats de vie. Le droit d’inscription varie entre 0 et 5% des montants déposés sous le type de contrat. Les frais de gestion sont variables et correspondent à environ 0,5 à 1% de l'épargne gérée. Les frais d'arbitrage entre les médias dans une convention multi-avantages représentent généralement 0,5 à 1% des montants transférés. Veillez à évaluer l’effet cumulatif de ces différents coûts qui changent parfois.

3. Faites attention à la rentabilité dans le temps

L'indemnisation de l'assurance-vie est généralement plus favorable que celle des divers livrets. Cela donne également l'avantage que vous ne pouvez pas gérer les dépôts. Mais nous ne devrions pas comparer les performances sur un an, mais sur cinq à quinze ans.

4. Choisissez un intermédiaire qui convient le mieux à votre situation

Les contrats publiés sur Internet peuvent sembler très intéressants, car ils suggèrent souvent de renoncer aux frais d'inscription. Ces contrats s'adressent principalement à un public averti. C'est souvent très agréable d'avoir un conseiller qui peut être facilement contacté et qui peut vous aider et vous guider dans son choix.

Les associations et les mutuelles proposent souvent des contrats dont les actifs gérés par la compagnie d'assurance sont limités. Dans ce cas, ils offrent une meilleure réévaluation du fonds en euros avec des performances et une transparence assez régulières. De plus, les compagnies d’assurance conventionnelles qui ont rencontré l’arrivée de ces nouvelles offres ont réagi en modifiant leurs polices d’assurance vie en faveur des abonnés. Comparez toutes les offres.

5. Incluez les montants à payer lorsque vous vous abonnez à

Pour certains fournisseurs, l'ouverture d'un contrat d'assurance vie peut nécessiter un paiement initial relativement élevé (entre 50 000 et 100 000 euros), la base moyenne étant comprise entre 500 et 1 000 euros. Investir de petites sommes chaque mois peut constituer un capital avec le temps. C'est également un moyen intéressant d'investir à long terme avec un grand nombre de comptes. Cela peut diversifier, développer, limiter ou lisser le risque du marché boursier.

6. Faites attention au nom du destinataire

Il n'est absolument pas obligatoire de désigner un destinataire pour que le contrat soit valable. Mais si vous décédez sans en avoir choisi un ou plusieurs par précaution, le capital réintégrera l'accès à la propriété. Le désir est une bonne méthode pour nommer les bénéficiaires successifs sans interrompre les avantages fiscaux de l’assurance vie. Cela vous permet de changer quand vous voulez et offre une discrétion maximale.

N'oubliez pas de désigner un ou plusieurs destinataires successifs. Parce que le décès d'un bénéficiaire individuel peut rétablir le montant de votre assurance vie, vous insistez sur l'actif immobilier. Dans la plupart des cas, les bénéficiaires d’un contrat de vie bénéficient de l’impôt sur les successions, ce qui constitue un avantage supplémentaire.

En apparence simple, l'assurance-vie est en fait un investissement très sophistiqué qui peut parfois être source de confusion. Le choix de ce produit distribué par plusieurs intermédiaires n'est pas facile.

Fermer le menu