Bannière 728x90
Attention ce ne sont que des conseils réalisés pour vous informer. Vérifier quand même auprès d'un professionnel.

Déclaration dans votre questionnaire de santé

Petite parenthèse si vous me le permettez … Je travaille pour une compagnie d'assurance à Genève. Les textes des lois ne sont certainement pas les mêmes en France et en Suisse, mais la substance reste la même.

Le but de la recherche est ce que l’on appelle la réticence. Je vous donne un exemple vu il y a quelques mois

J'ai rencontré M. X en mai 2010. Il venait de commencer une activité indépendante en tant que chauffeur de taxi. Il veut garantir une indemnité journalière en cas d'accident ou de maladie. Alors je lui ai envoyé tous les documents de la signature. Vient ensuite la déclaration sur la santé. J'insiste, comme toujours, sur le fait qu'il doit être rempli avec la plus grande transparence, en vous avertissant des conséquences d'une fausse déclaration (volontaire ou non …). Le contrat est signé sans problème, nos conseillers médicaux estiment que M. X est en bonne santé.

Le problème, c'est qu'en octobre, il revient me voir et me montre un arrêt de travail. Et des copies des tests effectués fin août. J'envoie donc le dossier complet à notre service des maladies.

3 semaines plus tard, je suis invité à un entretien avec mon client et l'un de nos experts en santé. En bref: nous ne payons aucune indemnité journalière et payons le contrat immédiatement. Je suis complètement dans le cul … Après le contrôle, il s'est avéré que M. X avait subi de nombreuses séances de parenté pour des problèmes cervicaux, que sa colonne vertébrale était en très mauvais état, que cela, que … En bref, mon client est dans une très mauvaise position car il ne peut pas jouer la carte "j'avais complètement oublié". (ce qui serait pareil quand même)

Cela fait un peu plus de deux ans que je fais ce travail, mais cette affaire n'a jamais été présente. Et j'ai été plus que impressionné par la multitude d'informations d'experts. Et cela a été et reste toujours plus qu’un élément pour mon client. Beaucoup de sincrement (je dis que l'image des assureurs est plus que …….) j'agis toujours envers mes clients parce que je sens qu'ils sont mes patrons. Mais pour le moment, je ne pouvais rien faire. En conséquence, M. X ne peut toujours pas travailler et n’a aucun revenu de remplacement.

Ce n'est pas sûr d'un débiteur, OK, mais le principe reste le même.

Un autre point dans les messages précédents. le phénomène des surtaxes / exclusions. A ce niveau, seule mon expérience: dans la plupart des cas, les consultants médicaux préconisent une exclusion des "préoccupations" au sujet de la santé. Mais ce qui est bon pour une entreprise ne l'est pas pour une autre. Tout cela est dû aux dispositions d'acceptation. Certains sont plus difficiles que d'autres.

Ici, je voulais juste partager ma petite expérience du monde de l'assurance!

Fermer le menu