Bannière 728x90
Attention ce ne sont que des conseils réalisés pour vous informer. Vérifier quand même auprès d'un professionnel.

Jours de congé et jours de repos: comment ça marche?

L'employé à taux fixe doit travailler un certain nombre de jours par an fixés dans son contrat de travail. De plus, en plus des vacances payées, il bénéficie de plusieurs jours de repos, ce qu’il doit normalement faire tout au long de l’année, sinon il risque de les perdre. Cependant, il est possible de "monétiser" ces jours de repos, ce qui augmente mécaniquement le nombre de jours travaillés. Deux manières possibles. Soit via un compte de gain de temps, ce qui présuppose l'existence d'une convention collective qui a créé ce mécanisme. Que ce soit pour un achat direct de jours de repos, sans passer par un TEC, comme le permet le code de jours ouvrables pour les jours plats [1].

Comment procéder? Il n'est pas nécessaire de disposer d'une convention collective pour ouvrir et développer un système permettant l'achat direct de jours de congé. En présence d'un tel accord, il est clair qu'il faut y faire référence. Sinon, la dispense de congé repose sur une approche volontaire de l'employé qui doit obtenir l'autorisation de l'employeur. En cas d'accord mutuel, ceci est matérialisé par écrit. Plus précisément, il peut s'agir d'un élément moteur du contrat de travail, spécifiant le nombre de jours "rachetés" et le taux de rachat. Il convient de noter qu’une clause de rachat systématique n’est pas possible. La modification est valable pour l'année en cours et ne peut être reconduite tacitement. En principe, les demandes de rachat doivent être renouvelées à chaque fois.

Combien de jours puis-je racheter? Il convient de rappeler que ce système de rachat direct ne couvre que les seuls jours de repos liés à des jours fixes. Elle ne s'applique pas aux jours fériés payés, jours fériés et autres jours de repos obligatoire ou légal. En ce qui concerne le nombre de jours de repos "remboursables", la loi ne fixe pas de limite stricte. Veuillez noter cependant qu'en l'absence de dispositions conventionnelles spécifiques, le nombre maximum légal de jours travaillés par an est de 235 [2]. Dans tous les cas, le rachat ne peut porter sur le crédit total des jours de repos de l'employé sur des jours fixes. D'une part, la loi vise littéralement à renoncer à "une partie de vos jours de repos". D'autre part et surtout, le rachat de tous les jours de repos minerait le principe principal du droit au repos.

Selon quelles conditions financières? La rémunération des jours rachetés est nécessairement augmentée d'au moins 110%. Une convention collective peut prévoir une marge plus élevée, comme c'est le cas, par exemple, de Syntec [3]. En ce qui concerne le calcul de la rémunération journalière, en raison du manque de précision juridique, il est nécessaire de se référer aux éventuelles dispositions conventionnelles. En pratique, diverses méthodes sont possibles, par exemple en procédant comme pour les déductions en cas d'absence. Nous pouvons enfin imaginer que l'employé abandonne des jours de repos sans compensation. Il s'inscrit ensuite dans un programme de donation d'un jour exploité pour le compte d'un autre employé de la société, père d'un enfant gravement malade [4] ou, depuis la loi du 13 février 2018, ayant le statut d'aide suivante [5] .

Par Charlotte Michaud, avocate adjointe, Flichy Grangé Avocats


[1] art. L. 3121-59 et L.3121-64 C. Travail

[2] art. L. 3121-66 C. Travail

[3] Surtaxe minimale de 20% jusqu'à 222 jours et de 35% au-delà

[4] Article L.1225-65-1 C. Travail

[5] art. L.3142-25-1 C. Travail

Fermer le menu