Bannière 728x90
Attention ce ne sont que des conseils réalisés pour vous informer. Vérifier quand même auprès d'un professionnel.

"Nation du corridor": le manque cruel de fonds des hôpitaux israéliens

Un mardi du mois dernier, le département hospitalier du centre médical Rambam à Haïfa – le plus grand de tout le nord d'Israël – est resté étonnamment silencieux pendant un jour de Pâques.

Ce jour-là, toutes les chambres sont entièrement occupées, "n'attendant" que deux patients dans une salle pour que leur lit soit libéré.

"Aujourd'hui, tout est très calme", ​​explique le chef du département qui préfère ne pas donner son nom. "Ce couloir est généralement rempli, avec six ou sept patients attendant une chambre allongée sur leur lit".

L'un des deux patients qui attend dans le couloir est une femme de 82 ans qui est arrivée à l'hôpital vers 2 heures du matin, sous le rideau de séparation de fortune drapé autour de son lit pour garantir un minimum d'intégrité pendant que les médecins procèdent aux examens. Mais néanmoins, l'oogenistic reste quelque peu visible. Une étincelle de douleur interfère avec son visage et le médecin couvre rapidement la poitrine du patient lorsque les visiteurs passent.

Le fils du patient, Fiasl, âgé de 51 ans, se plaint que sa mère n'a pas mangé ni pris de médicament depuis son arrivée la nuit. "Elle attend dans ce couloir car il n'y a pas de lit libre dans les chambres", explique-t-il.

Plus loin dans le couloir, une femme dort et repose sur un lit, une couverture qui recouvre la majeure partie de sa robe de nuit légère de l'hôpital. Ses cheveux gris tombent sur son visage et elle garde la bouche ouverte. Elle y reste seule

Fermer le menu