Bannière 728x90
Attention ce ne sont que des conseils réalisés pour vous informer. Vérifier quand même auprès d'un professionnel.

Philippe appelle le maire à aller au-delà des "vieilles étiquettes politiques"

<img class = "img-responsive" src = "http://www.boursedirect.fr/media/articles/ AFP / Philippe-APPELLE-les-maires-a-Dépasser des etiquettes-policies-vieillies / le Premier-Ministre-Edouard-Philippe-s-Exprime-le-6-Juin-2019 a-Courseulles-acide. jpg "alt =" Le Premier ministre, Edouard Philippe, prendra la parole le 6 juin 2019 à Courseulles-sur-Mer, à l'occasion du 75ème anniversaire de la première ministre Edouard Philippe, le 6 juin 2019 à Courseulles-sur-Mer, à l'occasion du 75ème anniversaire de la Jour (LOIC VENANCE / AFP / Archives)

Edouard Philippe a appelé les maires "à transcender les labels politiques bien plus anciens", devant quelque 200 élus vendredi à Albi (Tarn) à l'issue du congrès villes en France.

Au terme d'une "belle semaine marquant le lancement du trimestre", a déclaré le Premier ministre, "le succès de notre pays réside dans cette capacité à aller au-delà des rencontres avec" les élus.

Une semaine "qui marque également un réel changement de méthode pour mieux écouter, associer davantage, construire ensemble et pourquoi ne pas dépasser les étiquettes politiques fondées", a-t-il confirmé après sa déclaration de politique générale mercredi et jeudi devant le Parlement.

Devant le maire des villes moyennes (10 000 à 100 000 habitants), Edouard Philippe a rappelé les mesures réclamées par le gouvernement "pour suivre et assurer l'exercice du mandat du maire", qui fera l'objet d'un projet de loi déposé avant la fin du mois de juillet.

"Nous avons besoin de candidats, de citoyens qui s'engagent", at-il insisté sur le risque de dissuader les élus.

Après une première partie du trimestre marquée par de fortes tensions entre l'exécutif et les élus locaux, le gouvernement entend désormais "ramener le maire au centre de l'action politique locale, en leur laissant une marge de manœuvre", a-t-il déclaré.

À neuf mois des élections municipales de mars 2020, Edouard Philippe s'est dit prêt à "réhabiliter la fonction de l'EPCI", regroupement de municipalités dans lesquelles les maires se considèrent eux-mêmes soustraits à leurs pouvoirs décisionnels, une de leurs principales exigences lors du "grand débat" de sortir de la crise sociale.

Parmi les actions prévues, il mentionne la création d'un "conseil municipal" pour faciliter ses travaux au sein de l'EPCI, la possibilité que l'État assume la responsabilité de l'assurance des petites communautés rurales. Ou la clarification de "frais de commande pour les mandats", le paiement des élus.

Mesures destinées à "clarifier les vues des maires avant la municipalité", qui seront discutées la semaine prochaine avec des associations d'élus.

D'autre part, le Premier ministre n'a pas précisé la rémunération des municipalités pour la suppression de la taxe d'habitation, leur principale recette fiscale.

"Aucune municipalité ne peut perdre de ressources", mais il a fait face aux préoccupations des maires réclamant une "indemnisation pour l'euro et au fil du temps". La taxe d'habitation devrait être supprimée pour 80% des ménages d'ici 2020 et pour les 20% restants pour les trois prochaines années.

Discours jugé "constructif" par l'ancien ministre Pierre Méhaignerie, maire de Vitre (Ille-et-Vilaine): "Il mérite d'aller plus loin, l'intention est là, mais par intention des actions, il y a des passages difficiles."

La ministre de la Cohésion territoriale, Jacqueline Gourault, avait précédemment procédé à une première évaluation du programme Action Coeur de Ville pour la revitalisation du centre-ville, que Villes de France souhaite voir élargir et accélérer.

"Jusqu'à présent, 367 millions d'EUR ont été mobilisés pour des projets" de réhabilitation de logements, de réhabilitations de résidents et de magasins dans le centre-ville, dans les 222 villes touchées. "Les préfets doivent être au service des projets et aux côtés des élus", a souligné le ministre, soulignant que les villes moyennes sont "d'une grande importance pour la planification régionale".

Après cette première rencontre avec les maires depuis la crise des "gilets jaunes" et le grand débat, le gouvernement trouvera des élus locaux à l'automne aux congrès des régions, des départements et des maires.

Environ 200 manifestants, membres du syndicat et une vingtaine de "gilets jaunes" ont été tenus à distance du théâtre de la police où se tenait le congrès des maires, protestant contre l'arrivée du Premier ministre sur le projet de réforme du service public, à l'appel des syndicats CGT et FO. "C'est le cas de la fonction publique", a condamné Serge Sobreira (FO).

Fermer le menu